Back to search

Just published: Recovering degraded land in arid zones

Representing nearly 41% of the land above sea level, arid zones are home to more than two billion people who suffer from the ongoing degradation of the land and soil that provide them sustenance. Owing to desertification and droughts, nearly twelve million hectares of land are no longer arable each year. It is urgent to halt this trend related to unsustainable uses of the land, unfavorable climate conditions and population growth.

The target of “degradation neutrality” has been set. Based on the restoration of degraded land and sustainable land management, this goal is important to the decision-makers in charge of land planning and development. Apart from degradation neutrality, only an amplification of good practices on a large scale can provide security for the water and food supplies, for energy and for human beings. An excerpt from the article published in  the journal Responsabilité & Environnement,  July  2018  issue "Land and soil jeopardized: Anthropic pressures "  by UNCCD executive Secretary Ms. Monique Barbut

 

La réhabilitation des terres dégradées dans les zones sèches

Par Monique BARBUT Secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la desertification

Représentant près de 41 % des terres émergées, les zones sèches abritent plus de 2 milliards d’individus souffrant de la dégradation continue des terres, desquelles ils tirent leurs moyens de subsistance. Aujourd’hui, en raison de la désertification et de la sécheresse, près de 12 millions d’hectares de terres arables disparaissent chaque année. Il est donc primordial d’inverser cette tendance liée à une utilisation non durable des terres, à des conditions climatiques défavorables et à la croissance démographique. Dans ce contexte, la neutralité en matière de dégradation des terres constitue le cadre d’action privilégié. Basé sur la réhabilitation des terres dégradées et sur la gestion durable des terres, le mécanisme de neutralité constitue un outil essentiel pour les décideurs responsables de la planification de l’utilisation des terres et le développement de leur territoire. Au-delà de cette neutralité, seule une amplification des bonnes pratiques à grande échelle permettra d’assurer la sécurité alimentaire, hydrique, énergétique et humaine.

Article incluant l’encadré « La restauration de la qualité des sols agricoles en Afrique : l’agroforesterie par les arbres fertilitaires au Togo », rédigé par Bruno DEVRESSE

French journal